Home Maternité
Category

Maternité

Il y a quelques semaines, j’ai eu l’occasion de découvrir les nouvelles couches Baby Dry de Pampers et je vous avais promis de vous en parler un peu plus et de vous livrer quelques trucs à garder en tête sur le sommeil.
Durant la présentation, j’ai pu en apprendre davantage sur le sommeil des bébés ; chose qui m’a également aidé à comprendre les étapes du sommeil de Rania. Je m’estime heureuse d’avoir un bébé « facile » mais au moment de dormir, c’est une autre histoire.
D’ailleurs, saviez-vous qu’un bébé pouvait uriner jusqu’à 12 fois par nuit ? Vu qu’il a plus tendance à se réveiller après avoir mouillé sa couche, faites le calcul du nombre de fois que votre petit ange (qui se transforme en diablotin la nuit) peut vous réveiller. Le record de Rania, si mes souvenirs sont bons, c’est huit réveils. Ça ne me laisse pas vraiment le temps de me reposer, en effet. Quand j’ai appris que la nouvelle couche Pampers Baby Dry offrait jusqu’à 12 heures de protection, j’ai tout de suite voulu l’essayer.

Ce qui aide cette couche à relever ce défi, c’est la conception qu’offre les trois voiles d’absorption qui la composent afin de répartir uniformément l’humidité et de l’empêcher d’être la cause du réveil de votre enfant. Un bébé sec dormira plus longtemps au plus grand bonheur de ses parents.
Au premier contact, la couche me paraissait plus fine que celle que j’utilisais. On peut facilement sauter à des conclusions et se dire qu’elle en absorbe moins mais détrompez-vous, une couche plus épaisse ne veut pas forcément dire plus absorbante. La nouvelle technologie présente dans la couche Baby Dry est constituée d’un gel super absorbant qui permet justement d’avoir une couche plus mince tout en misant sur une meilleure absorption et un meilleur confort.
Rania boit beaucoup avant de dormir et lorsqu’elle se réveille la nuit et depuis que j’utilise les nouvelles Baby Dry, il n’y a eu aucun débordement. La promesse est respectée. Andrea Strang, une spécialiste du sommeil, nous a conseillé d’éviter un changement de couches durant la nuit (chose que je faisais auparavant).  Il faut donc une couche très absorbante qui permet au bébé de poursuivre sa nuit de sommeil sans être dérangé. Voici deux autres conseils qu’elle nous a livrés : privilégier un environnement très sombre au moment de dormir et éviter la fatigue accumulée. D’ailleurs, depuis cette présentation, je m’assure d’avoir toutes les lumières éteintes au moment de faire dormir Rania et je la mets au lit dès que j’aperçois des petits signes de fatigue (surtout quand elle se frotte les yeux).

 
Cet article est sponsorisé dans le cadre d’une collaboration avec Pampers mais toutes les opinions exprimées sont les miennes.

29 juin 2017 0 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest

J’entendais parler de dépression post-partum ou du post-partum tout simplement et je me disais que ça ne pouvait pas m’arriver, que j’étais bien entourée. La je me rends compte que ça ne dépend pas de ça, que chaque personne doit avoir une manière de le vivre. J’ai décidé d’en parler ouvertement car je vois que je ne suis pas la seule à le vivre. Si ça peut réconforter certaines jeunes mamans, alors tant mieux. On a toutes besoin de l’être!
Déjà, devenir maman, c’est beaucoup de choses. Les premiers jours, c’est vraiment dur de s’adapter, surtout quand on allaite. Je me sentais un peu «condamné » à toujours poser les mêmes gestes et à avoir le sein en l’air à longueur de journée (ceci inclus surtout la nuit).
Trois mois après mon accouchement, j’ai remarqué que je perdais beaucoup mes cheveux. Au début, je n’avais pas compris que c’était relié à l’accouchement et puis ça m’a frappé. Mes cheveux étaient partout. Je n’arrivais même plus à les lâcher. Plus je les voyais tomber et plus ça me rendait triste. Je pleurais le matin au réveil et la nuit avant de dormir. C’est déjà dur de reprendre confiance en soi quand tant de choses ont changé mais alors de la à avoir à gérer ma chute de cheveux, ça me rendait malheureuse. Aujourd’hui, ma fille a 6 mois, je perds beaucoup moins mes cheveux mais j’attends toujours qu’ils repoussent. J’ai fini par l’accepter (pas vraiment le choix) et je me demande toujours si je devrais me couper les cheveux ou pas.
Ce que vous lisez plus haut, je l’ai écris il y à quelques mois déjà. Je n’ai jamais publié l’article. Aujourd’hui, mes cheveux commencent à repousser et ça me réconforte un peu. J’ai enfin décidé de le publier car je reçois plein de messages de la part de nouvelles mamans et j’ai envie de les rassurer. Malheureusement, la chute, on ne peut rien faire pour l’arrêter. Par contre, je vous assure qu’après ça, vos cheveux vont repousser assez vite.

12 juin 2017 0 comment
1 Facebook Twitter Google + Pinterest

En allant au Maroc, j’ai laissé beaucoup de vêtements à Montréal en me disant que ça ne sert à rien de les amener avec moi car c’est sûr que ça sera trop grand pour Rania. Je me disais que ça lui irait à notre retour. Mauvaise nouvelle : une fois à la maison, j’ai dû ramasser pas mal de ses affaires et les ranger sans même qu’elle n’ait eu à les porter car c’était trop petit ou trop juste.

Je suis contente de commencer mes capsules de vêtements pour enfants en vous présentant Kid’s Stuff (Trucs d’enfants). Je trouve leur principe très pratique surtout après avoir vécu ce que je vous ai raconté plus haut. Il s’agit de vêtements évolutifs, confectionnés à Montréal pour les enfants âgés de 6 mois à 4 ans. J’ai beaucoup aimé la qualité des tissus (qui sont respectueux de l’environnement) et aussi le fait qu’il s’agit de vêtements unisexes. Rania avait l’air super confortable dans sa petite tenue et je voulais moi-même porter la même chose qu’elle.

Je vous invite à découvrir Kid’s Stuff sur @kidsstuffclothing ou directement sur leur boutique Etsy. 

 

6 février 2017 0 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest

Les dernières semaines avant l’accouchement sont bien chargées malgré le fait qu’on doit en profiter pour se reposer avant l’arrivée de bébé. Une des choses à laquelle j’ai pensé assez tôt c’était la valise à préparer pour l’hôpital. Je pense que j’avais tellement hâte à ce jour que je m’y suis prise bien en avance.
Des listes, vous en trouverez partout sur net mais qu’est ce que j’ai vraiment utilisé ? La préparation de cette valise se passe en deux étapes: les essentiels pour maman et ceux pour bébé. Aujourd’hui, on se concentre sur la maman:
– Des pyjamas confortables avec de préférence un haut facile à déboutonner ou à retirer pour faciliter l’allaitement. J’ai bien aimé faire un tour dans la section tenues confort chez Thyme Maternité et je vous mets quelques liens de mes favoris que j’ai moi même porté.

– Vous aurez aussi besoin de soutien gorge d’allaitement  (surtout après la montée de lait). Je me suis procure deux modèles chez Thyme Maternité et j’en ai tellement aimé un des deux que je suis retourné m’en acheter trois autres. C’est aussi très pratique au moment d’allaiter dehors. Je dors avec aussi.(J’ai aussi amené mon coussin et mes compresses d’allaitement)

– Des serviettes hygiéniques extra larges et extra absorbantes (pour les premiers jours du moins) parce que votre bébé ne sera pas le seul à porter des couches.
– Des culottes confortables et grandes. J’ai acheté les miennes chez WalMart (Fruit of the loom).
– Une trousse de toilette complète. Par contre, je sais que certaines prennent une douche à l’hôpital et se maquillent mais moi j’ai amené trop de choses pour rien. J’ai a peine utilisé mon nettoyant pour le visage, ma crème, une brume rafraîchissante pour le visage, un baume à lèvres, des barrettes, un déodorant et ma brosse à dents.
– Des trucs à grignoter (bien évidemment).
– Une tenue de sortie. Prévoyez un pantalon de maternité de préférence ou un pantalon avec élastique (je vous inclus une sélection de chez Thyme Maternite qui m’ont bien été utiles pendant ma grossesse). Je suis sortie de l’hôpital avec ma braguette ouverte. Je pensais pouvoir rentrer dans mon jean boyfriend mais pas du tout! J’ai compris qu’il fallait donner le temps à mon corps de tout remettre en place à son rythme.

– Votre chargeur de téléphone.

Merci à mon mari et à mes parents qui ont été les éléments les plus importants que j’ai amené avec moi à la clinique.

N’hésitez pas si vous avez des doutes ou questions, ça me fera plaisir de donner mon avis.

 

15 septembre 2016 0 comment
0 Facebook Twitter Google + Pinterest